ஐ۩۞Nous avons le plaisir de vous présenter de parmi les oeuvres du Moufti de Harare le Mouhaddith, Chaykh ^Abdoullah Al-Harrariy Al-Habachiyy (Rahimahou l-Lah)ஐ۩۞


 

VOICI DE PARMI LES OEUVRES DU GRAND MOUHADDITH, LE MOUFTI DE HARARE,LE CHAYKH^ABDOULLAH AL-HARRARIYY  CONNUE SOUS LE NOM DE AL-HABACHIYY:

شيخ الإسلام عبد الله الهرري

 

نقره لعرض الصورة في صفحة مستقلة

 

Le livre Al-Moukhtasar est un résumé rassemblant la plupart des connaissances indispensables de la religion dans la croyance et dans la science qui concerne les pratiques.

 

مختصر عبد الله الهرري الكافل بعلم الدين الضروري-Moukhtasar ^Abdoullah Al-Harrariyy.

مختصر عبد الله الهرري الكافل بعلم الدين الضروري

CLIQUEZ SUR LE LIEN POUR OUVRIR LE (pdf )=>

http://alharary.com/vb/uploaded/86/1253860615.pdf

********************************************************************************************************************************
Parmi les oeuvres du Mouhaddith le Chaykh ^Abdoullah Al-Harrariy,  il y’a Le livre *l’explication des termes du Moukhtasar* qui est un résumé rassemblant la plupart des connaissances indispensables de la religion dans la croyance et dans la science qui concerne les pratiques.

 

Le voici en langue arabe sous format (pdf)
CLIQUEZ SUR LE LIEN POUR OUVRIR LE (pdf )=>

 

***************************************************************************************************************
Voici le livre du Moukhtaçar Abdoullah Al-Harrariy  en audio en langue arabe, récité par le chaykh Nabil Charif, vous pouvez le lire directement cliquant sur ce lien==>
****************************************************************************************************************

 

Parmi les oeuvres du Mouhaddith le Chaykh ^Abdoullah Al-Harrariy,  il y’a Le livre *l’explication des termes du Moukhtasar* qui est un résumé rassemblant la plupart des connaissances indispensables de la religion dans la croyance et dans la science qui concerne les pratiques.

 

CLIQUEZ SUR LE LIEN POUR OUVRIR LE (pdf )=>

 

 

***************************************************************************************************************
Parmi les oeuvres du Mouhaddith le Chaykh ^Abdoullah Al-Harrariy,  il y’a Le livre *l’explication des termes du Moukhtasar* qui est un résumé rassemblant la plupart des connaissances indispensables de la religion dans la croyance et dans la science qui concerne les pratiques.

 

cliquer sur l’écriture ci-desssous pour ouvrir le document sous format Word ===>

 

 

****************************************************************************************************************

عمدة الراغب في مختصر بغية الطالب-^Oumdatou r-Raghib fi Moukhtasari Boughyati t-Talib

عمدة الراغب في مختصر بغية الطالب
CLIQUEZ SUR LE LIEN POUR OUVRIR LE (pdf )=>
********************************************************************************************************************************

 

الدرة البهية في حل ألفاظ العقيدة الطحاوية-Explication de Al-^Aqida t-tahawiyya.

الدرة البهية في حل ألفاظ العقيدة الطحاوية

CLIQUEZ SUR LE LIEN POUR OUVRIR LE (pdf )=>

http://alharary.com/vb/uploaded/86/1257502650.pdf

***************************************************************************************************************

صريح البيان في الرد على من خالف القرآن – الجزء الأول-Sarihou l-Bayan fi raddi ^ala man kalafa l-Qour’an-Tom 1

صريح البيان في الرد على من خالف القرآن - الجزء الأول

CLIQUEZ SUR LE LIEN POUR OUVRIR LE (pdf )=>

http://alharary.com/vb/uploaded/9/1242584843.pdf

****************************************************************************************************************

 

صريح البيان في الرد على من خالف القرآن – الجزء الثاني-Sarihou l-Bayan fi raddi ^ala man kalafa l-Qour’an-Tom 2

صريح البيان في الرد على من خالف القرآن - الجزء الثاني

CLIQUEZ SUR LE LIEN POUR OUVRIR LE (pdf )=>

http://alharary.com/vb/uploaded/9/1242584843.pdf

***************************************************************************************************************

المقالات السنية في كشف ضلالات أحمد بن تيمية-Al-Maqala s-Sounniyah fi kachfi dalalati Ahmad Ibn Taymiyya

المقالات السنية في كشف ضلالات أحمد بن تيمية

CLIQUEZ SUR LE LIEN POUR OUVRIR LE (pdf )=>

http://www.a7bash.com/kutub/maqalat.pdf

***************************************************************************************************************

الدر النضيد في أحكام التجويد-Livre sur les régles de Tajwid

الدر النضيد في أحكام التجويد

CLIQUEZ SUR LE LIEN POUR OUVRIR LE (pdf )=>

http://www.a7bash.com/kutub/a7kamu-altajweed.pdf

****************************************************************************************************************

رسالة في بطلان دعوى أولية النور المحمدي

رسالة في بطلان دعوى أولية النور المحمدي

CLIQUEZ SUR LE LIEN POUR OUVRIR LE (pdf )=>

http://www.a7bash.com/kutub/risala-butlan-da3wa-awaliyat-alnur-almuhamadi.pdf

****************************************************************************************************************

الشرح القويم في حل ألفاظ الصراط المستقيم-L’explication des termes du livre As-Siratou l-Moustaqim

الشرح القويم في حل ألفاظ الصراط المستقيم

CLIQUEZ SUR LE LIEN POUR OUVRIR LE (pdf )=>

http://www.a7bash.com/kutub/sirat.pdf

****************************************************************************************************************

-Livre sur le Mawlid du Prophète-المولد النبوي الشريف

المولد النبوي الشريف

CLIQUEZ SUR LE LIEN POUR OUVRIR LE (pdf )=>

http://alharary.com/vb/uploaded/86/1256336385.pdf

 

****************************************************************************************************************

VOICI LE LIVRE DU MOUKHTASAR DU CHAYKH ^ABDOULLAH AL-HARRARIYY EN FRANCAIS==>

Le livre Al-Moukhtasar est un résumé rassemblant la plupart des connaissances indispensables de la religion dans la croyance et dans la science qui concerne les pratiques.
La science de la religion se prend par transmission orale. La transmission orale permet en effet de s’assurer de la bonne compréhension des sujets contenus dans ce livre. Ainsi, le livre qui est présenté sur ce site est un support servant à la transmission. La science ne se prend pas par la simple lecture.

01. Introduction
02. La croyance en Allah
03. La croyance au Messager
04. L’apostasie
05. La purification et la prière
07. La zakat
08. Le jeûne
09. Le hajj
10. Les transactions
11. Le gain usuraire
12. Les devoirs du coeur
13. Les péchés des organes
14. Le repentir
01. Introduction
بِسم الله الرّحمـٰن الرّحيم
Bismi l-Lahi r-Rahmani r-Rahim
Al-hamdou lil-Lahi rabbi l-^alamin, الحيّ (Al-Hayy) Celui Qui a pour attribut la vie, القيُّوم (Al-Qayyoum) Celui Qui ne s’anéantit pas, Celui Qui prédestine toute la création.
Ceci est un résumé qui rassemble la plupart des connaissances indispensables qu’il n’est permis à aucune personne responsable d’ignorer, concernant la croyance et certains sujets du fiqh de la purification jusqu’au hajj, quelques-unes des lois des transactions selon l’école de jurisprudence de l’Imam Ach-Chafi^iyy et l’exposé des péchés du cœur et des organes tels que la langue et autres.
L’auteur, que Allah lui fasse miséricorde a dit :
La signification de ‘ach-hadou ‘anna Mouhammadan raçoulou l-Lah est : Je sais, je crois fermement et je reconnais que Mouhammad, fils de ^Abdou l-Lah, fils de ^Abdou l-Mouttalib, fils de Hachim, fils de ^Abdou Manaf, de la tribu de Qouraych, salla l-Lahou ^alayhi wa sallam est l’esclave de Allah et Son messager envoyé à tous les humains et les jinn. Il s’en suit la croyance qu’il est né à La Mecque, qu’il a reçu la mission de prophète alors qu’il y résidait et qu’il a émigré à Médine où il a été enterré. Ce témoignage comprend qu’il est véridique en toutes les choses qu’il a fait savoir et qu’il a transmises de la part de Allah. Parmi ces choses il y a : le supplice et la félicité de la tombe, l’interrogatoire par les deux anges Mounkar et Nakir, la résurrection, le rassemblement, le jour dernier, l’exposition à chacun de ses propres actes, la récompense, le châtiment, la balance, l’enfer, le pont, le bassin, l’intercession, le paradis, la vision avec les yeux, dans l’au-delà, de Allah ta^ala, sans comment ni endroit ni direction, non pas comme sont vues les créatures ; l’éternité en enfer ou dans le paradis. Il y a aussi la croyance aux anges de Allah, aux messagers et aux Livres de Allah, la croyance en la prédestination de Allah et que le bien et le mal sont prédestinés par Allah, que Mouhammad salla l-Lahou ^alayhi wa sallam est le dernier des prophètes et qu’il est le Maître de tous les fils de ‘Adam.
Il est un devoir de croire que chacun des prophètes de Allah est obligatoirement caractérisé par la véracité, l’honnêteté et l’extrême intelligence. De ce fait, leur sont impossibles le mensonge, la trahison, la bassesse, la vulgarité, la stupidité, la lâcheté et tout ce qui serait de nature à repousser les gens d’accepter leur appel. Ils sont obligatoirement préservés de la mécréance, des grands péchés et des petits péchés de bassesse, avant l’avènement de leur mission de prophète tout comme après. Il est possible qu’ils commettent d’autres péchés que ceux-là mais ils sont immédiatement avertis afin qu’ils s’en repentent avant que d’autres ne les suivent en cela.
On sait, dès lors, qu’il n’est pas valable que les frères du Prophète Youçouf, qui ont commis ces actes ignobles de bassesse, aient le statut de prophète, à savoir ses frères autres que Binyamin. Par ailleurs, les ‘Asbat sur qui est descendue la révélation sont ceux qui ont été pro­phètes parmi leur descendance.
L’œuvre d’origine revient à l’un des spécialistes du fiqh de l’Hadramaout, ^Abdou l-Lah Ibnou Houçayn Ibni Tahir. Ont été insérés par la suite beaucoup d’ajouts sur des questions précieuses tout en supprimant ce qu’il avait cité au sujet du soufisme et en modifiant certaines expressions, sans que cela change le sujet. Il nous est arrivé de citer ce que certains spécialistes du fiqh chafi^iyy tels que Al-Boulqiniyy ont jugé plus argumenté afin de montrer ce qui l’est moins dans le livre d’origine.
Il convient donc de lui consacrer une attention particulière pour que les actes soient agréés.
02. La croyance en Allah
L’auteur, que Allah lui fasse miséricorde a dit :
Il est du devoir de la totalité des personnes responsables d’entrer dans la religion de l’Islam, d’y demeurer à jamais et d’observer ce qui leur est obligatoire selon ses lois. Parmi les choses qu’il est un devoir de connaître et de croire dans tous les cas, et qu’il est un devoir de prononcer immédiatement si quelqu’un est mécréant ou sinon dans la prière, il y a les deux témoignages :
أَشهَدُ أَنْ لاَ إِلهَ إِلاَّ اللّهُ وَأَشْهَدُ أَنَّ مُحَمَّداً رَسُولُ اللَّهِ
[‘ach-hadou ‘an la ‘ilaha ‘il-la l-Lah, wa ‘ach-hadou ‘anna Mouhammadan raçoulou l-Lah salla l-Lahou ^alayhi wa sallam c’est-à-dire : je témoigne qu’il n’est de dieu que Allah et je témoigne que Mouhammad est le messager de Allah salla l-Lahou ^alayhi wa sallam].
03. La croyance au Messager
La signification de ‘ach-hadou ‘an la ‘ilaha ‘il-la l-Lah est : Je sais, je crois et je reconnais que nul ne mérite d’être adoré sinon الله (Allah) Dieu, الوَاحِدُ (Al-Wahid)Celui Qui n’a pas d’associé, الأَحَدُ (Al-‘Ahad), الأَوَّلُ (Al-‘Awwal) Celui dont l’existence n’a pas de début, القَدِيـمُ (Al-Qadim) celui Qui est exempt de début, الحَيُّ (Al-Hayy) Celui Qui a pour attribut la vie, القَـيُّــومُ (Al-Qayyoum) Celui Qui est exempt de fin et Qui ne s’anéantit pas, الدَّائِمُ (Ad-Da’im) Celui à Qui n’adviendra aucun anéantissement et pour Qui l’anéantissement est impossible, الخَـالِقُ (Al-Khaliq) Celui Qui crée toute chose, الرَّازِقُ (Ar-Raziq) Celui Qui fait parvenir la subsistance à Ses esclaves, العَـالِمُ (Al-^Alim) Celui Qui a pour attribut la science de toute chose, القَدِيــر (Al-Qadir) Celui Qui a pour attribut la toute-puissance, Celui Qui réalise tout ce qu’Il veut, ce que Allah veut est, et ce qu’Il ne veut pas n’est pas, Celui sans la protection duQuel personne n’est préservé contre les péchés et sans l’aide duQuel personne n’a de force pour Lui obéir, Celui Qui a pour attribut toute perfection qui est digne de Lui, Celui Qui est exempt de toute imperfection.
Rien n’est tel que Lui et Il est Celui Qui entend et Qui voit. Il est exempt de début et tout ce qui est hormis Lui est entré en existence. Il est le Créateur et tout ce qui est hormis Lui est une créature. Donc, tout ce qui est entré en existence, que cela soit une substance ou un acte, du grain de poussière au trône, tout mouvement ou toute immobilité des esclaves de Allah, les intentions et les idées qui traversent l’esprit, tout cela existe par la création de Allah, nul autre que Allah ne le crée, ni la nature, ni un agent causal. L’entrée en existence de tout cela a lieu par le vouloir et la toute-puissance de Allah, par Sa prédestination et selon Sa science exempte de début, conformément à la parole de Allah ta^ala : [وَخَلَقَ كُلَّ شَىْءٍ] (wa khalaqa koulla chay’) qui signifie : « Il crée toute chose » [Al-Fourqan / 2], c’est-à-dire qu’Il fait exister toute chose après son inexistence. Ainsi, la création dans ce sens-là n’est propre qu’à Allah. Allah ta^ala dit : [هَلْ مِنْ خَالِقٍ غَيْرُ اللَّهِ ] (hal min khaliqin ghayrou l-Lah) ce qui signifie : « Il n’y a pas de créateur autre que Allah » [Fatir / 3].
An-Naçafiyy a dit : « … si un homme frappe un verre avec une pierre et le casse, alors le coup, le fait de casser et la cassure existent par la création de Allah ta^ala ». Ainsi, l’esclave de Allah n’a que l’acquisition mais la création n’est propre qu’à Allah.Allah ta^ala dit :
[ لَها مَا كَسَبَتْ وَعَلَيْهَا مَا اكْتَسَبَتْ ] (laha ma kaçabat wa ^alayha ma ktaçabat) ce qui signifie : « … La personne a en sa faveur le bien qu’elle a acquis et contre elle le mal qu’elle a acquis » [Al-Baqarah / 286].
D’autre part, Sa parole est exempte de début, comme tous Ses attributs, car Lui Qui est exempt d’imperfection, Il est différent de toutes les créatures par Son Être, par Ses attributs et par Ses actes, soubhanahou wa ta^ala, Il est absolument exempt de ce que disent les injustes.
Il se résume donc du sens de ce qui précède la confirmation de treize attributs de Allah ta^ala mentionnés à plusieurs reprises dans le Qour’an, soit littéralement soit selon leur signification. Ces treize attributs sont l’existence (al-woujoud), l’unicité (al-wahdaniyyah), l’exemption de début (al-qidam) c’est-à-dire l’existence de toute éternité (al-‘azaliyyah), l’exemption de fin (al-baqa’), le non-besoin (al-qiyamou bi n-nafs), la puissance (al-qoudrah), la volonté (al-‘iradah), la science (al-^ilm), l’ouïe (as-sam^), la vue (al-basar), la vie (al-hayat), la parole (al-kalam) et la différence avec ce qui entre en existence (al-moukhalafatou li l-hawadith). Comme ces attributs sont mentionnés de nombreuses fois dans les textes de la Chari^ah, les savants ont dit qu’il est un devoir personnel de les connaître.
Puisque l’existence de toute éternité est confirmée pour Allah, il est obligatoire aussi que Ses attributs soient exempts de début. En effet, le fait que l’existence de l’attribut ait un début implique que l’existence de celui qui a cet attribut a un début.
04. L’apostasie
L’auteur, que Allah lui fasse miséricorde, a dit :
Chapitre : Il est du devoir de tout musulman de conserver son Islam et de le garder de tout ce qui le corrompt, l’annule et le rompt, c’est-à-dire de l’apostasie, c’est par Allah ta^ala que l’on recherche la protection. An-Nawawiyy ainsi que d’autres ont dit : « L’apostasie compte parmi les sortes de mécréance les plus laides ».
À notre époque, le relâchement dans la parole est un fait si répandu qu’un certain nombre de gens prononcent des paroles qui les font sortir de l’Islam sans considérer cela comme un péché alors que, bien pire, c’est de la mécréance.
Ceci est conforme à la parole du Prophète salla l-Lahou ^alayhi wa sallam :
(( إِنَّ العَبْدَ لَيَتَكَلَّمُ بِالكَلِمَةِ لا يَرىَ بِهَا بَأْساً يَهْوِي بِهَا فِي النَّارِ سَبْعِينَ خَرِيفاً ))
(‘inna l-^abda layatakallamou bi l-kalimati la yara biha ba’san yahwi biha fi n-nari sab^ina kharifa) qui signifie : « Certes, il arrive que quelqu’un dise une parole dans laquelle il ne voit pas de mal, mais à cause de laquelle il chutera en enfer pendant soixante-dix automnes ». C’est-à-dire une distance parcourue en soixante-dix ans de chute pour atteindre le fond de l’enfer, le fond de l’enfer étant réservé aux mécréants. Ce hadith a été rapporté par At-Tirmidhiyy, qui lui a donné le degré de haçan. Dans le même sens, il existe un autre hadith rapporté par Al-Boukhariyy et Mouslim. Ce hadith est une preuve que la chute dans la mécréance ne requiert pas comme condition d’avoir eu connaissance de la loi correspondante, de s’être satisfait de l’acte ni d’avoir cru en la signification de la parole prononcée comme le prétend à tort le livre Fiqhou s-Sounnah. De même, la chute dans la mécréance ne requiert pas comme condition de ne pas être en colère tout comme An-Nawawiyy l’a signalé : Il a dit : « Si un homme s’emporte contre son fils ou son esclave et qu’il le frappe violemment et qu’un autre lui dit : « N’es-tu pas musulman ? », s’il répond délibérément « non », il aura apostasié ». D’autres que lui l’ont dit, parmi les hanafiyy entre autres.

L’apostasie est de trois sortes, comme l’ont classée An-Nawawiyy, d’autres savants parmi les chafi^iyy et les hanafiyy entre autres : croyances, actes et paroles. Chaque sorte se ramifie en des branches nombreuses.

05. La purification et la prière

1. Les temps des prières

L’auteur, que Allah lui fasse miséricorde, a dit :
Parmi les devoirs, il y a cinq prières pendant le jour et la nuit.

Le dhouhr : son temps commence lorsque le soleil s’écarte du milieu du ciel et dure jusqu’à ce que l’ombre d’un objet atteigne une longueur égale à celle de l’objet plus celle de l’ombre qu’il avait lorsque le soleil était au milieu du ciel.

Le ^asr : son temps commence après la fin du temps du dhouhr et dure jusqu’à la disparition du disque solaire.

Le maghrib : son temps commence après la disparition du disque solaire et dure jusqu’à la disparition du crépuscule rouge.

Le ^icha’ : son temps commence après la fin du temps du maghrib et dure jusqu’à l’apparition de l’aube véritable.

Le soubh : son temps commence à la fin du temps du ^icha’ et dure jusqu’à l’apparition du disque solaire.

Il est un devoir d’accomplir ces obligations dans leur temps, pour tout musulman, pubère, sain d’esprit et la pureté en plus pour la femme. Il est donc interdit de les anticiper ou de les reculer sans excuse valable.

Si un empêchement comme les menstrues survient alors qu’il s’est écoulé du temps de la prière un temps suffisant pour l’accomplir, plus un temps suffisant pour la purification en cas d’incontinence ou ce qui est du même ordre, cette prière devra être rattrapée.

Si l’empêchement s’achève alors qu’il reste encore du temps de la prière la durée d’une takbirah, la prière devra être accomplie, ainsi que la précédente si elles se rassemblent. Ainsi, on devra accomplir la prière du ^asr avec la prière du dhouhr si l’empêchement s’achève alors qu’il reste la durée d’une takbirah avant le coucher du soleil, et la prière du ^icha’ avec la prière du maghrib

2-L’ordre d’accomplir la prière

L’auteur, que Allah lui fasse miséricorde, a dit :
Chapitre : Il est du devoir du tuteur du garçon et de la fille qui ont la distinction de leur ordonner d’accomplir la prière et de leur enseigner les règles de la prière à l’âge de sept ans lunaires. Il en est de même pour le jeûne qu’ils peuvent supporter.

Il est de son devoir aussi de leur enseigner dans la croyance, ainsi que dans les jugements, qu’il est un devoir de faire ceci et qu’il est interdit de faire cela ainsi que le caractère méritoire du siwak et de la prière en assemblée.

Il est du devoir de tout musulman d’ordonner à sa famille d’accomplir la prière, ainsi qu’à toute autre personne si on en est capable.

3-Les obligations du woudou’ (la petite ablution)

L’auteur, que Allah lui fasse miséricorde, a dit :
Chapitre : Parmi les conditions de validité de la prière, il y a le woudou’ dont les obligations sont au nombre de six :

La première : Avoir l’intention de la purification pour la prière, ou une autre intention parmi celles qui sont valables, lors du lavage du visage, c’est-à-dire simultanément avec le début du lavage du visage selon Ach-Chafi^iyy. L’intention est suffisante si elle a lieu peu de temps avant le lavage du visage selon Malik.

La deuxième : Laver le visage en entier, c’est-à-dire de la limite habituelle du cuir chevelu jusqu’au menton et d’une oreille à l’autre, poils et peau, à l’exception de l’intérieur de la barbe de l’homme et des pattes si elles sont épaisses.

La troisième : Laver les mains et les avant-bras coudes compris ainsi que ce qu’il y a dessus.

La quatrième : Passer les mains mouillées sur la tête ou une partie de la tête, ne serait-ce que sur un cheveu dans la limite du crâne.

La cinquième : Laver les pieds chevilles comprises ou bien passer la main mouillée sur les
khouff si les conditions en ont été remplies.

La sixième : Observer cet ordre-là.

4-Ce qui annule le woudou’

L’auteur, que Allah lui fasse miséricorde, a dit :
Chapitre : Annulent le woudou’ :

Tout ce qui sort des orifices inférieurs, sauf le maniyy.
Le toucher par contact direct du sexe ou de l’anus humain avec le plat de la main.
Le contact peau contre peau avec une ‘ajnabiyyah ayant atteint un âge auquel elle peut être désirée.
La perte du discernement, mais pas le sommeil de celui qui est assis bien calé sur son postérieur.

5-L’istinja’ (le nettoyage intime)

L’auteur, que Allah lui fasse miséricorde, a dit :
Chapitre : Il est un devoir de faire l’istinja’ de toute substance humide sortant de l’un des orifices inférieurs, autre que le maniyy, avec de l’eau jusqu’à purifier l’endroit, ou bien en essuyant l’endroit trois fois ou davantage jusqu’à le nettoyer, même s’il reste une trace. L’essuyage a lieu avec un objet capable d’ôter la substance humide, pur, sec et non respectable, comme de la pierre ou du papier, même en présence d’eau, mais à condition que la najaçah ne se soit pas déplacée ou n’ait pas séché. Si la najaçah se déplace de sa zone naturelle ou sèche, l’usage de l’eau devient obligatoire.

6-Le ghousl (la grande ablution)

L’auteur, que Allah lui fasse miséricorde, a dit :
Chapitre : Parmi les conditions de validité de la prière, il y a la purification du grand hadath par le ghousl ou bien par le tayammoum si on est dans l’incapacité de faire le ghousl.

Il y a cinq choses qui le rendent obligatoire : La sortie du maniyy, le rapport sexuel, la fin des menstrues, la fin des lochies et l’accouchement.

Les piliers du ghousl sont au nombre de deux : L’intention de lever le grandhadath ou une autre intention équivalente et le fait de répandre de l’eau sur tout le corps : peau, cheveux et poils même s’ils sont épais.

7-Les conditions de la purification

L’auteur, que Allah lui fasse miséricorde, a dit :
Chapitre : Les conditions de validité de la purification sont :

1) L’Islam.

2) La distinction c’est-à-dire que l’enfant ait atteint un âge à partir duquel il comprend la parole qu’on lui adresse et sait y répondre.

3) L’absence de tout ce qui empêche l’eau de parvenir à ce qui doit être lavé.

4) L’écoulement de l’eau.

5) Que l’eau soit purificatrice, c’est-à-dire qu’elle n’ait pas perdu son nom d’eau par un mélange avec une substance pure qu’on peut lui éviter. Qu’elle n’ait pas été altérée par une najaçah même légèrement. Si la quantité d’eau est inférieure à deux qoullah, il est une condition qu’elle ne soit pas touchée par une najaçah non tolérable et qu’elle n’ait pas été utilisée pour lever un hadath ou pour éliminer une najaçah.

8-Le tayammoum

L’auteur, que Allah lui fasse miséricorde, a dit :
Si quelqu’un ne trouve pas d’eau ou pour qui l’eau est nuisible fait le tayammoum :

Après l’entrée du temps de la prière ;
Après l’élimination de toute najaçah non tolérable
Avec de la terre non mélangée à autre chose, purificatrice et poussiéreuse, sur le visage puis sur les mains et les avant-bras coudes compris, dans cet ordre, en prenant la terre deux fois, en ayant l’intention de se rendre autorisée la prière obligatoire, simultanément avec le transfert de la poussière et le début du passage des mains sur le visage.

9-Ce qu’il est interdit pour celui qui n’a pas le woudou’

L’auteur, que Allah lui fasse miséricorde, a dit :
Chapitre : Il est interdit à quelqu’un dont le woudou’ a été rompu d’accomplir la prière, les tours rituels autour de la Ka^bah, de porter ou de toucher le livre du Qour’an, mais on l’autorise à l’enfant qui a la distinction si c’est pour apprendre.

Il est interdit à quelqu’un qui est jounoub de faire ce qui précède mais aussi de réciter le Qour’an et de rester dans une mosquée.

Il est interdit à la femme qui a ses menstrues ou ses lochies, en plus de ce qui précède, de jeûner avant la fin de l’écoulement du sang et de permettre à son mari de jouir de la zone située entre le nombril et les genoux avant le ghousl. Il y a un avis selon lequel seul le rapport sexuel est interdit.

10-Les conditions de la prière

L’auteur, que Allah lui fasse miséricorde, a dit :
Chapitre : Parmi les conditions de la prière, il y a se purifier des najaçah, sur le corps, les vêtements, l’emplacement de la prière et ce que l’on porte sur soi, comme par exemple une bouteille que l’on aurait dans la poche. Si on est touché, soi-même ou ce que l’on porte, par une najaçah, la prière est annulée, à moins qu’on s’en débarrasse immédiatement ou bien qu’elle soit tolérable, comme le sang de sa propre blessure.

Il est un devoir d’éliminer toute najaçah non tolérable en éliminant sa substance et en faisant disparaître ses caractéristiques, à savoir le goût, la couleur et l’odeur, avec de l’eau purificatrice.

Quant à la najaçah non perceptible : on l’élimine en faisant couler de l’eau dessus. La najaçah non perceptible est celle dont on ne détecte ni couleur ni goût ni odeur.

Quant à la najaçah canine et porcine, on l’élimine en lavant sept fois l’endroit souillé avec de l’eau, dont une fois en mélangeant l’eau avec de la terre purificatrice. Les lavages qui font disparaître la substance comptent pour un seul lavage même s’ils sont nombreux.

Il est une condition que ce soit l’eau qui arrive sur l’endroit à purifier si l’eau est en petite quantité.

11-Les conditions de validité de la prière

L’auteur, que Allah lui fasse miséricorde, a dit :
Chapitre : Parmi les conditions de validité de la prière, il y a aussi :

· Faire face à la qiblah ;

· le commencement du temps de la prière ;

· l’Islam ;

· la distinction, qui est l’état de l’enfant qui a grandi de sorte qu’il comprend quand on s’adresse à lui et sait répondre ;

· avoir connaissance du caractère obligatoire de cette prière ;

· ne pas croire que l’une de ses obligations est simplement recom­mandée ;

· et couvrir la zone de pudeur avec ce qui cache la couleur de la peau concernant l’ensemble du corps sauf le visage et les mains pour la femme libre, et la zone comprise entre le nombril et les genoux pour l’homme, de tous les côtés sauf par en dessous.

12-Les causes d’annulation de la prière

L’auteur, que Allah lui fasse miséricorde, a dit :
La prière est annulée par les choses suivantes :

· la parole, même en prononçant deux lettres, ou une lettre ayant une signification, sauf si on a oublié et que c’était peu de paroles ;

· De nombreux mouvements. Selon certains spécialistes du fiqh, c’est ce qui dure la durée d’une rak^ah. Il a été dit qu’il s’agit de trois mouvements successifs, mais le premier avis a une preuve plus forte ;

· Le mouvement excessif ;

· L’ajout d’un pilier gestuel ;

· Le simple mouvement pour jouer ;

· Par le fait de manger ou de boire sauf si on a oublié et que c’était peu de chose ;

· L’intention d’interrompre la prière ou de faire dépendre l’interruption de sa prière de quelque chose ainsi que l’hésitation à l’interrompre ;

· Et qu’un pilier s’achève avec le doute au sujet de l’intention de l’entrée en rituel, ou si la période de doute s’est prolongée.

13-Les conditions pour avoir des récompenses dans la prière

L’auteur, que Allah lui fasse miséricorde, a dit :
Chapitre : Pour l’acceptation de la prière par Allah soubhanahou wa ta^ala, il est une condition, en plus de ce qui précède :

· que l’esclave de Allah vise par sa prière l’agrément de Allah Lui seul ;

· que sa nourriture, ses vêtements et son lieu de prière soient licites ;

· et qu’il ait dans le cœur le khouchou^ envers Allah ne serait-ce qu’un instant dans la prière.

Si cela n’est pas réalisé, sa prière est valable sans récompense.

14-Les piliers de la prière

L’auteur, que Allah lui fasse miséricorde, a dit :
Chapitre : Les piliers de la prière sont au nombre de dix-sept :

· Le premier : L’intention dans le cœur d’accomplir l’acte. On précise la prière qui a une cause ou un temps particulier. On fait l’intention d’accomplir une obligation si c’est pour une prière obligatoire.

· Le second : Dire de façon à s’entendre soi-même comme pour tout pilier oral : Allahou ‘akbar.

· Le troisième : La position debout dans la prière obligatoire, pour celui qui le peut.

· Le quatrième : La récitation de la Fatihah, avec la basmalah c’est-à-dire :

[ بِسْمِ اللّهِ الرَّحمنِ الرَّحِيم ]

et avec les lettres doublées. Il est une condition de réciter les ‘ayah sans faire d’interruption qui excède le temps d’une respiration et dans l’ordre, de sortir les lettres de leur point de prononciation et d’éviter toute erreur qui change le sens, comme le fait de prononcer avec le son « ou » la lettre ta’ de ‘an^amta.
L’erreur de récitation qui ne nuit pas au sens est interdite mais n’annule pas la prière.

· Le cinquième : L’inclination qui consiste à abaisser le tronc vers l’avant de sorte que les paumes des mains puissent atteindre les genoux.

· Le sixième : La quiétude dans l’inclination, d’une durée équivalente à celle de la parole soubhana l-Lah : c’est d’immobiliser tous les membres à leur place simultanément.

· Le septième : Se redresser en se relevant en position debout après l’inclination.

· Le huitième : La quiétude dans la position debout.

· Le neuvième : La prosternation par deux fois. Elle consiste à poser le front découvert, tout entier ou en partie sur son lieu de prière en s’appuyant dessus, et en faisant en sorte que la partie inférieure du corps soit plus élevée que la partie supérieure, en posant aussi une partie des genoux, une partie du plat des mains et du plat des orteils. Certains savants en dehors de l’école de jurisprudence de l’Imam Ach-Chafi^iyy ont dit que le fait que la partie inférieure du corps soit plus élevée que la partie supérieure n’est pas une condition de validité de la prosternation. Selon eux, si la tête est plus élevée que le postérieur, la prière reste valable.

· Le dixième : La quiétude dans les prosternations.

· Le onzième : La position assise entre les deux prosternations.

· Le douzième : La quiétude dans la position assise.

· Le treizième : La position assise pour réciter le dernier tachahhoud et ce qui le suit c’est-à-dire l’invocation en faveur du Prophète (as-salatou ^ala n-Nabiyy)puis le salam –le salut rituel de clôture–.

· Le quatorzième : Le dernier tachahhoud en disant :

التَّحِيَّاتُ المُبَارَكَاتُ الصَّلَوَاتُ الطَّيِّبَاتُ لِلّه

At-tahiyyatou l-moubarakatou s-salawatou t-tayyiba­tou lil-Lah,

السَّلاَمُ عَلَيْكَ أَيُّهَا النَّبِيُّ

وَرَحْمَةُ اللهِ وَبَرَكَاتُهُ

as-salamou ^alayka ‘ayyouha n-Nabiyyou wa rahmatou l-Lahi wa barakatouh,

السَّلاَمُ عَلَيْنَا وَعَلَى عِبَادِ اللهِ الصَّالِحِينَ

as-salamou ^alayna wa^ala ^ibadi l-Lahi s-salihin,

أَشْهَدُ أَن لاَ إِلهَ إِلاَّ اللهُ

وَأَشْهَدُ أَنَّ مُحَمَّداً رَسُولُ الله

‘ach-hadou ‘an la ‘ilaha ‘il-la l-Lah

wa ‘ach-hadou ‘anna Mouhammadan raçoulou l-Lah.

· Le quinzième : L’invocation en faveur du Prophète salla l-Lahou ^alayhi wa sallam (as-salatou ^ala n-Nabiyy) dont le minimum est : اللَّهُمَّ صَلِّ عَلَى مُحَمَّد Allahoumma salli ^ala Mouhammad ce qui signifie : Ô Allah, honore et élève davantage en degré Mouhammad salla l-Lahou ^alayhi wa sallam.

· Le seizième : Le salam dont le minimum est de dire : السَّلاَمُ عَلَيْكُم (as-salamou ^alaykoum).

· Le dix-septième : L’ordre. De sorte que si on l’abandonne délibérément, comme par exemple si on se prosterne avant de s’incliner, la prière est annulée.

Mais si c’est par oubli, qu’on revienne au pilier omis pour l’accomplir, sauf si on se trouve déjà dans le pilier correspondant de la rak^ah suivante ou plus avancé encore. La rak^ah du pilier omis est dans ce cas complétée par le pilier correspondant de la rak^ah suivante et ce qui le suit, et tout ce qui a été fait par inattention n’est pas pris en compte. Par conséquent, si on ne se rappelle avoir omis l’inclination qu’après s’être incliné ou dans la position debout qui vient après l’inclination ou dans la prosternation qui vient à la suite, ce que l’on a fait entre l’inclination omise et l’inclination de la rak^ah suivante n’est pas pris en compte.

15- La prière en assemblée

L’auteur, que Allah lui fasse miséricorde, a dit :
Chapitre : La prière en assemblée pour les hommes libres, résidents, pubères et qui n’ont pas d’excuse valable pour ne pas la faire, est une obligation d’ordre communautaire.

Pour la prière du vendredi, prier en assemblée est une obligation d’ordre personnel pour ceux qui remplissent les conditions précitées s’ils sont au minimum quarante hommes responsables, établis à vie, vivants dans des constructions et non pas dans des tentes. En effet, la prière du vendredi n’est pas obligatoire pour ceux qui vivent dans des tentes. Elle est également un devoir pour celui qui a eu l’intention de résider dans la ville où a lieu la prière du vendredi au moins quatre jours complets outre les jours d’arrivée et de départ et pour celui qui réside en-dehors de la ville s’il lui parvient l’appel d’un homme à la voix forte situé à l’extrémité la plus proche de lui de la ville où a lieu la prière du vendredi.

16. Les conditions de la prière du vendredi

L’auteur, que Allah lui fasse miséricorde, a dit :
Les conditions de validité de la prière du vendredi sont les suivantes :

· qu’elle ait lieu dans le temps du dhouhr ;

· qu’elle soit précédée, dans le temps du dhouhr, par deux discours qui soient entendus par les quarante hommes établis à vie ;

· qu’elle soit effectuée en assemblée avec eux ;

· qu’une autre prière du vendredi ne soit pas simultanée avec elle dans la même ville. Si l’une des deux précède l’autre par la takbirah d’entrée en rituel, la première est
valable et celle qui est devancée ne l’est pas. Ceci vaut dans le cas où il leur est possible de se rassembler en un lieu unique. Mais si le rassemblement présente une réelle difficulté, les deux assemblées sont valables : celle qui devance et celle qui est devancée.

Les piliers des deux discours sont :

Faire la louange à Allah (hamdou l-Lah), invoquer Allah en faveur du Prophète salla l-Lahou ^alayhi wa sallam (as-salatou ^ala n-Nabiyy), recommander la piété et ce, dans les deux discours, citer une ‘ayah ayant un sens complet dans l’un des deux discours et invoquer Allah en faveur des croyants dans le deuxième discours.

Leurs conditions de validité sont :

La purification des deux hadath et des najaçah sur le corps, l’emplacement et ce que l’on porte sur soi. Avoir couvert la zone de pudeur. La position debout. La position assise entre les deux discours. La successivité (al-mouwalat) entre leurs piliers, entre les deux discours et la prière. Et que les piliers des discours soient en arabe.

17. La prière en étant dirigé

L’auteur, que Allah lui fasse miséricorde, a dit :
Chapitre : Il est un devoir pour toute personne qui prie en étant dirigée dans une prière du vendredi ou dans toute autre prière en assemblée :

· de ne pas dépasser son imam dans l’emplacement ni le devancer dans la prononciation de la parole takbirah d’entrée en rituel. Bien plus, la simultanéité dans l’entrée en rituel invalide la prière et elle est déconseillée pour tout le reste sauf pour dire ‘amin. Il est interdit de le devancer d’un pilier gestuel. La prière est annulée si l’imam est devancé de deux piliers gestuels longs successifs ou bien d’un long et d’un deuxième court sans excuse valable. De même en cas de retard par rapport à l’imam de deux piliers gestuels sans excuse ou de plus de trois piliers longs même avec excuse. Par conséquent, si le ma’moum tarde pour terminer la Fatihah au point que l’imam achève l’inclination et les deux prosternations en s’asseyant pour le tachahhoud ou en se relevant, il arrête sa récitation de la Fatihah et suit l’imam dans l’étape qu’il a atteinte, puis accomplit une rak^ah après le salam de l’imam. S’il termine la Fatihah avant cela, il continue la prière dans l’ordre qu’il suit jusqu’à rattraper l’imam ;

· d’être au courant des mouvements de son imam ;

· qu’ils soient réunis dans une mosquée, sinon dans une limite de trois cents coudées ;

· qu’il n’y ait pas entre eux d’obstacle empêchant le passage normal ;

· que le déroulement de leurs prières respectives s’accorde. Il n’est donc pas valable d’accomplir une des cinq prières obligatoires en étant dirigé par quelqu’un qui accomplit une prière funéraire ;

· qu’ils ne se distinguent pas l’un de l’autre dans un acte recommandé quand la différence de pratique est trop apparente, comme le premier tachahhoud, c’est-à-dire sa position assise, et en le délaissant, comme les prosternations d’oubli ;

· et qu’il ait l’intention d’être dirigé par l’imam simultanément avec la takbirah d’entrée en rituel dans la prière du
vendredi et avant de le suivre et de l’attendre longtemps dans les autres prières.

Il est du devoir de l’imam de faire l’intention d’être imam dans la prière du vendredi, ainsi que dans la prière répétée, cette intention étant recommandée dans les autres prières.

18. La prière funéraire

L’auteur, que Allah lui fasse miséricorde, a dit :
Chapitre : Laver le mort, l’envelopper dans un linceul, faire la prière funéraire pour lui et l’enterrer est une obligation communautaire s’il s’agit d’un musulman qui est né vivant. Quant au mort-né, il est un devoir de le laver, de l’envelopper dans un linceul et de l’enterrer. Mais on n’accomplit pas la prière funéraire dans ce cas.

Le minimum du lavage est réalisé en éliminant les najaçah et en répandant de l’eau purificatrice une fois, sur toute sa peau, ses cheveux et ses poils, même s’ils sont denses.

Le minimum du linceul est réalisé avec ce qui couvre l’ensemble du corps. Il s’agit de trois tissus pour qui laisse un héritage dépassant le montant de ses dettes et n’a pas exprimé sa volonté que l’on délaisse le triplement.

Le minimum de la prière funéraire est réalisé en ayant l’intention de faire la prière pour le mort, d’accomplir une obligation tout en précisant qu’il s’agit d’une prière funéraire en disant Allahou ‘akbar tout en étant debout si on le peut, en récitant ensuite la Fatihah ; puis en disant Allahou ‘akbar, Allahoumma salli ^ala Mouhammad ; puis Allahou ‘akbar,Allahoumma ghfir lahou wa rhamhou ; puis en disant Allahou ‘akbar, as-salamou ^alaykoum.

Il est indispensable d’y observer les conditions de validité de la prière et de se garder de ce qui l’annule.

Le minimum de l’enterrement est réalisé en creusant une fosse qui dissimule son odeur et qui le protège des animaux sauvages. Il est recommandé de la creuser d’une profondeur équivalente à la taille de quelqu’un qui lève le bras et de l’élargir. Il est un devoir d’allonger le mort face à la qiblah et il n’est pas permis d’enterrer dans des caveaux.

******************************************************************************************************************************

 

***************************************************************************************************************
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s