ஐ۩۞۩ L’imam, Le Hafidh Abou Zakariyya Mouhyi d-Din Yahya Ibnou Charaf An-Nawawiyy, Ach-Chafi^iyy (631 – 676 H) رحمه الله dans son commentaire de Sahih Mouslim lorsqu’il a commenté le hadith qui contient la phrase « koullou bid^ah, dalaalah wa koullou dalaalah fi n-naar-voir le scan du livre ۩۞۩ஐ


:049828001211482490-

 

 

La louange est à  Allah. Que davantage d’honneur et d’élévation en degrés  soient accordés au Prophète de Allah. Louanges à Allah, Celui Qui est Unique, Celui Qui n’a besoin de rien, Qui n’est pas engendré, Qui n’engendre pas et Qui n’a nul équivalent. Je loue Allah ta^ala et je L’implore de me guider sur le chemin de droiture. Je recherche Son pardon et je me repens à Lui. Je recherche la préservation de Allah contre le mal de mon âme et de mes mauvais actes. Le bien-guidé est celui que Allah guide et nul ne peut guider celui qu’Il égare,. Que l’honneur et l’élévation en degrés les plus complets et les plus parfaits soient accordés à notre maître  Mouhammad le maître des fils de  ^Adnan, celui que  Allah a envoyé en tant que miséricorde pour les mondes, en tant que guide et annonciateur de bonnes nouvelles et avertisseur d’un châtiment. Le Prophète, tel une  lumière éclatante et une lune éclairante a appelé à la religion agréée par Allah. Allah a guidé par lui la communauté. Il a dévoilé par lui les obscurités.

Le Prophète a transmis le message. Il s’est acquitté de ce qui lui a été confié. Il a conseillé la communauté. Que Allah le rétribue pour nous du meilleur de ce dont Il a rétribué chacun de Ses prophètes. Je témoigne qu’il n’est de dieu que Allah, Lui seul n’a pas d’associé. Il a envoyé Son messager avec l’enseignement de droiture et la religion de la vérité. Je témoigne que notre maître Mouhammad est Son esclave et Son messager. Que Allah l’honore ainsi que tous les messagers qu’Il a envoyés.


 

L’imam, Le Hafidh Abou Zakariyya Mouhyi d-Din Yahya Ibnou Charaf ✮ An-Nawawiyy ✮ Ach-Chafi^iyy (631 – 676 H) رحمه الله dans son commentaire de Sahih Mouslim lorsqu’il a commenté le hadith qui contient la phrase « » qui signifie selon le sens apparent « Toute innovation est égarement et tout égarement est au feu » a dit : koullou bid^ah, dalaalah wa koullou dalaalah fi n-naar

« Ceci [est un texte] de portée générale mais qui a été restreint ( « ^aam makhsous »), car ce qui est visé est « la plupart des innovations ». Les spécialistes de la langue ont dit [qu’une bid^ah] est toute chose qui est faite sans avoir eu de modèle précédemment. Les savants ont dit : les bid^ah sont de cinq sortes : obligatoire, recommandée, interdite, déconseillée, et permise.

De parmi celles qui sont obligatoires il y a le fait que les théologiens aient rassemblé des preuves contre les athées, les innovateurs, et les gens de leur sorte. De parmi celles qui sont recommandées il y a le fait de composer des livres de science de la religion, le fait de construire des madrasas, ainsi que d’autres choses. De parmi celles qui sont permises il y a : le fait de diversifier les types de nourriture, et d’autres choses.

Quant à celles qui sont interdites ou déconseillés, elles sont évidentes et j’ai déjà clarifié cette question avec ses preuves de manière extensive dans [mon livre] Tahdhib al-Asma wa l-Loughaat [1] , donc dès lors que l’on sait ce que j’y ai cité, on a su que ce hadith fait partie des textes de portée générale mais qui ont été restreints, et il en est de même pour ce qui ressemble à cela de parmi les hadiths révélés.

De plus, ce qui appuie ce que nous avons cité est la parole de ^Oumar Ibn al-Khattab que Allah l’agrée au sujet du Tarawih, lorsqu’il a dit : « ni^matou l-bid^ah » (Quelle bonne innovation que celle-ci). Rien n’empêche donc ce hadith d’être de portée générale mais d’avoir été restreint.

Quant à la parole « koullou bid^ah »: il est certain que le mot « koullou » a été utilisé, cependant le mot « koullou » accepte le fait d’être spécifique comme dans Sa parole ta^aala : «toudammirou koulla chay’ » [2] (sourate al Ahqaaf verset 25) تُدَمِّرُ كُلَّ شَيْءٍ

► Fin de la citation de l’imam an-Nawawiyy◄


[et il continue à donner encore d’autres versets comme exemple qui contiennent le mot « koullou » mais qui ne veut pas dire « tout »]

[1] An-Nawawiyy a dit dans son livre Tahdhibou l-‘Asma’i wa l-Loughat textuellement ce qui signifie :


« l’innovation (al-bid^ah) dans la Loi de l’Islam, c’est innover ce qui n’existait pas à l’époque du Messager , elle se divise en bonne et en mauvaise innovation. L’Imam, le Chaykh, à propos duquel il y a unanimité sur le fait qu’il est un guide, sur sa grandeur, sur sa maîtrise de nombreuses sortes de sciences et sur le fait qu’il y excellait, Abou Mouhammad ^Abdou l-^Aziz Ibnou ^Abdi s-Salam, que Allah lui fasse miséricorde et que Allah l’agrée, a dit à la fin de son livre Al-Qawa^id ce qui signifie : L’innovation est divisée en : obligatoire, illicite, recommandée, déconseillée, et permise. Il a dit : le moyen pour cela est de soumettre l’innovation aux règles de la Loi de l’Islam, si elle entre dans le cadre du devoir, elle est alors un devoir, ou dans le cadre de l’interdiction, elle est alors illicite, ou dans le cadre de la recommandation, elle est alors recommandée, ou dans le cadre du déconseillé, elle est alors déconseillée, ou dans le cadre de la permission, elle est alors dans ce cas permise ».


Fin de citation de An-Nawawiyy.



[2] Quant au verset qu’il a cité, le sens apparent en serait que « le vent a tout détruit ». Or, il est connu que ce verset parle du peuple de  ^Aad (c’est mentionné juste avant dans le Qour’an) du Prophète Houd, et qui a reçu un vent afin de punir les mécréants. Il est dit dans le Qour’an que ce vent aurait « tout » détruit, or on sait bien que tout n’a pas été détruit puisque la suite du verset indique que leurs maisons étaient restées, et on sait que les musulmans n’ont pas été détruits, ou bien les montagnes, etc.

En fait le verset dit « koullou » qui en règle générale veut dire « tout », mais en fait le sens ici est très spécifique puisque cela ne vise que les mécréants.

Donc ce que veut nous montrer an-Nawawiyy c’est que parfois, comme nous le prouve le Qour’an, le mot « koullou » en arabe ne veut pas toujours dire « tout » mais parfois il a un sens spécifique.


Voici le scan==>

Les innovations (part.1) – Shaykh Gilles Sadek

http://www.youtube.com/watch?v=uOOQKodls64


les innovations (part.2). – Shaykh Gilles Sadek

http://www.youtube.com/watch?v=XMum67iu39Y&feature=related

Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s