۩ஐ۩۞Voici la chaine de la Tariqah Rifa^iyyah du Chaykh ^Abdoullah Al-Harrariyy۞۩ஐ۩Le Chaykh ^Abdoullah Al-Harariyy a pris la Tariqah Rifa^iyy de ==>


Chaine de la Tariqah Rifa^iyyah du Chaykh ^Abdoullah Al-Harrariyy

Le Chaykh ^Abdoullah Al-Harariyy a pris la Tariqah Rifa^iyyah de =>

 • Ach-Chaykh At-Tahir Mouhammad Tahir Al-Kayyaliyy Al-Himsiyy Ar-Rifa^iyy

• De son père As-Sayyid Mouhammad Charif Al-Kayyaliyy Ar-Rifa^iyy •

. De son père As-Sayyid Tahir Al-Kayyaliyy Ar-Rifa^iyy

• De son père As-Sayyid Sharif Al-Kayyaliyy Ar-Rifa^iyy

• De son père Al-^Allamah As-Sayyid Ahmad As-Sawwah Ath-Thaniyy Al-Kayyaliyy Ar-Rifa^iyy

 • Du fils de son oncle Mouhammad Hafidh Al-Kayyaliyy Ar-Rifa^iyy

 • De son père ^Oumar Al-Kayyaliyy Ar-Rifa^iyy

 • De son père Isma^il Al-Kayyaliyy Ar-Rifa^iyy

 • Du fils de son oncle Ahmad Al-Kayyaliyy Ar-Rifa^iyy

 • De son père ^Abdoul-Karim Al-Kayyaliyy Ar-Rifa^iyy

• De son père Ahmad Al-Kayyaliyy Ar-Rifa^iyy

 • De son père ^Oumar Al-Kayyaliyy Ar-Rifa^iyy

 • De son père Al-^Allamah Ahmad Al-Kayyaliyy Ar-Rifa^iyy

• De son père Yahya Al-Kayyaliyy Ar-Rifa^iyy

• De son père ^Oumar Al-Kayyaliyy Ar-Rifa^iyy

• De son père Tajoud-Din Al-Kayyaliyy Ar-Rifa^iyy

 • De son père ^Abdous-Sami^ Al-Kayyaliyy Ar-Rifa^iyy

• De son père Hassan Al-Kayyaliyy Ar-Rifa^iyy

 • De son père ^Isa Al-Kayyaliyy Ar-Rifa^iyy

• De son père ^Oumar Al-Kayyaliyy Ar-Rifa^iyy

• De son père Mouhammad Al-Kayyaliyy Ar-Rifa^iyy

 • De son père ^Ali Al-Kayyaliyy Ar-Rifa^iyy

 • De son père Mouhammad Al-Basri Al-Kayyali Ar-Rifa^iyy

• De son père Isma^il Ath-Thani Al-Basri Al-Kayyali Ar-Rifa^iyy

• De son oncle Chihabid-Din Al-Basri Ar-Rifa^iyy

• De Tajoud-Din Ar-Rifa^iyy

• De Chamsid-Din Ahmad Ar-Rifa^iyy

 • De Najmid-Din Yahya Ar-Rifa^iyy

• Du fils de son oncle Al-Qoutbou l-Kabir As-Sayyid Isma^il famous bi Al-Kayyal Ar-Rifa^iyy

• De son frère Ibrahim Al-‘A‘zab Ar-Rifa^iyy

• De son oncle As-Sayyid ^Abdour-Rahim Ar-Rifa^iyy

 • De son frère As-Sayyid ^Ali Ar-Rifa^iyy

• De son père Mouhyis-Sounnah wad-Din Al-‘Imam As-Sayyid Abi l-^Abbas Ach-Chaykh Ahmad Ar-Rifa^iyy Al-Kabir1

 • Et de ses deux Chaykh Abil-Fadl ^Ali Al-Wasitiyy

• De Abi l-Fadl Ibn Kamikh Al-Wasitiyy

• De Ghoulam Ibn Tarkan

• De Abi ^Ali Ar-Rawdhabariyy

• De ^Ali Al-^Ajamiyy •

 De Abi Bakr Ach-Chibliyy

• De Al-Jounayd Al-Baghdadiyy

• De As-Sari As-Saqtiyy

• De Ma^rouf Al-Karkhiyy

• De Dawoud At-Ta’iyy •

 De Habib Al-^Ajamiyy

• De Al-Hasan Al-Basriyy

• De Amiri l-Mou’minin (L’Emire des Croyants) ^Ali Ibn Abi Talib

• De notre Maitre le Prophète Mouhammad (Salla l-Lahou ^Alayhi wa s-Sallam).

 1. Ach-Chaykh Ahmad Ar-Rifa^iyy Al-Kabir fils de As-Sayyid As-Soultan ^Aliyy Abou l-Hasan (dafin bibaghdad) fils de As-Sayyid Yahya Al-Maghribiyy fils de As-Sayyid Ath-Thabit fils de As-Sayyid Al-Hazim fils de As-Sayyid Ahmad fils de As-Sayyid ^Aliyy fils de As-Sayyid Aboul-Moukarim Rifa^ah Al-Hasan Al-Makkiyy fils de As-Sayyid Al-Mahdiyy fils de As-Sayyid Mouhammad ^Aboul-Qasim fils de As-Sayyid Al-Hasan fils de As-Sayyid Al-Housayn Ahmad fils de As-Sayyid Mousa Ath-Thani fils de Al-‘Imam Ibrahim Al-Mourtada fils de Al-‘Imam Mousa Al-Kadhim fils de Al-‘Imam Ja^far As-Sadiq fils de Al-‘Imam Mouhammad Al-Baqir fils de Al-‘Imam Zaynou l-^Abidin ^Aliyy fils de Al-‘Imam Ach-Chahid Al-Housayn fils de Al-‘Imam Sayyidouna ^Ali fils de Abi Talib.

***************************************************************************************************************Que Dieu nous accorde de le visiter.

Notre Maître Ahmad Ar-Rifa^iyy

« Mon frère, à toi de t’attacher à la Loi, concernant ce qui est apparent tout comme ton for intérieur, en préservant le coeur de l’oubli d’évoquer Allah. A toi d’être au service de tes frères. Empresse-toi de faire les bonnes oeuvres sans paresse ni lassitude.

L’ardeur des gens du bas-monde porte sur leur bas-monde et l’ardeur des gens de l’au-delà porte sur leur audelà ».

C’est avec pareilles à ces belles expressions qu’il exhortait ses bien-aimés. Il était le plus savant de son époque tant qu’il a été dit qu’il avait atteint le degré de moujtahid absolu. Il était chafi^iyy par l’école de jurisprudence et ach^ariyy par la croyance. Il était donné en exemple pour sa modestie, sa douceur, sa miséricorde pour les gens, sa compassion à leur égard. Il maîtrisait la religion, facile avec les musulmans, dur avec les égarés. Il était facile et doux, souriant, de bon comportement, beau par son langage, tendre dans son comportement. Celui qui prenait place dans son assemblée ne se lassait pas de lui. Il ne quittait son assemblée que pour une adoration. Il supportait la nuisance. Il était fidèle s’il promettait. Il patientait face aux difficultés. Les saints de son époque disaient de lui qu’il était le saint qui avait le plus noble rang.

Il était un océan de science de la Loi, une épée tendue sur le cou des égarés. Ilavait hérité des caractères de son ancêtre le Messager de Allah . Il était le pôle des saints de son époque (Al-Qoutbou l-Ghawthou l-Jami^).Il s’appelle Abou l-^Abbas le maître Ahmad fils de ^Aliyy Ar-Rifa^iyy Al-Houçayniyy, que Allah l’agrée et lui donne satisfaction.

Il avait un oncle maternel qui était un saint et qui s’appelait le Chaykh Mansour Al-Bata’ihiyy.Il avait vu le Messager de Allah dans le rêve qui lui avait dit :

ce qui signifie : « Annonce la bonne nouvelle à ta soeur qu’elle portera après quarante nuits d’un enfant qui sera le maître des saints de son époque, tout comme je suis le maître des Prophètes ».

 
Elle tomba ainsi enceinte après quarante nuits et accoucha de lui. Il a grandi avec une bonne éducation jusqu’à devenir le plus pieux des gens de son époque, celui d’entre eux qui avait le plus de connaissance du Qour’an honoré et du hadith honoré. Il prit place un jour sur la chaire d’exhortation. La miséricorde enveloppa l’assistance et les coeurs s’attendrirent.

Ce jour-là huit mille personnes entrèrent en Islam. En effet, des musulmans tout comme des non musulmans, juifs et sabéens adorateurs de planètes, assistaient à ses assemblées. Ce jour-là donc huit mille personnes entrèrent en Islam. Quarante mille musulmans ignorants et dans l’insouciance firent le repentir. Cinq personnes moururent tant elles étaient emplies de crainte de Allah.

Notre maître Ahmad, que Allah l’agrée, faisait dormir chaque nuit dans sa Zawiyah –école et centre soufi– vingt mille personnes. Il les suffisait pour leur subsistance par une bénédiction que Allah lui avait accordée. Ceci ne s’était pas produit pour des saints auparavant.

Un jour par an se réunissait chez lui cent mille personnes et il leur suffisait pour leur nourriture et leur boisson, grâce à un secret que Allah lui a donné.

Il était surnommé, que Allah l’agrée, Abou l-^Alamayn –celui qui a eu les deux bannières– car il avait été chargé de la bannière du Ghawth –le renfort– par deux fois. Il était également surnommé Chaykhou l-^Ourayja’ –le Chaykh de la petite boiteuse– car il était parti une fois dans un village où il avait des disciples, des gens de sa voie soufie (tariqah).

 Les hommes et les femmes l’avaient accueilli. Il se trouvait parmi eux une petite fille bossue, boiteuse et chauve. Elle entendait parler de lui par sa mère. Cette dernière était un disciple du Chaykh.

Lorsqu’elle a vu le Chaykh, elle lui a dit : « Eh toi mon maître, les filles du village se moquent de moi. Je n’arrive plus à me supporter à cause de cela ». Il a alors fait des invocations en sa faveur et a passé sa main sur les endroits malades de son corps. Son dos s’est rectifié, sa jambe a guéri et ses cheveux ont poussé immédiatement.
Lorsqu’il donnait ses assemblées d’exhortation, il faisait entendre les habitants de trois villages : ils montaient sur les toits et l’entendaient. Même celui qui était sourd l’entendait lorsqu’il prenait place dans son assemblée et il n’entendait que les paroles du Chaykh.Il s’occupait particulièrement, que Allah l’agrée, de la science du Tawhid –la croyance–.

Parmi les paroles réputées qu’il avait dites : « L’extrême limite de notre connaissance de Allah, c’est la certitude de Son existence ta^ala –Il est exempt d’imperfection– sanscomment et sans endroit ».

 
Il mettait en garde les gens contre ceux qui prétendaient être soufis et prétendent que Allah entre dans le monde ou ceux qui disent que Allah et le monde sont une seule chose, que Allah nous préserve de ces mécréances.Il mettait également en garde contre les corrompus qui se prétendent soufis, qui prétendent la sainteté alors qu’ils sont menteurs. Il a ainsi dit : « Eh toi mon fils, la plupart de ceux qui se prétendent du soufisme de nos jours sont des irréligieux, des gens qui croient que Allah s’incarne dans les choses et des mauvais innovateurs ».

Ses disciples avaient beaucoup de prodiges et de choses surprenantes : ils entraient dans le feu qui ne les brûlait pas, par son secret, que Allah l’agrée. Allah lui a fait soumettre les serpents et les fauves.

 
Parmi ses prodiges, lorsqu’il était parti pour son premier pèlerinage en l’an cinq cent cinquante cinq, lorsqu’il était arrivé à Médine la parfumée et qu’il a eu l’honneur de visiter son ancêtre le Messager de Allah , il s’est tenu en face de la tombe honorée et a dit :

 « Le salam à toi ô mon grand-père ». Le Messager de Allah lui a répondu à partir de sa tombe honorée, ce qui signifie : « Et à toi le salam mon fils ». Tous ceux qui se trouvaient dans l’enceinte sacrée ont entendu cela. Le maître Ahmad est alors tombé à terre, en tremblant. Il reçut alors un appel à partir de la tombe honorée, que Allah honore davantage le degré de
celui qui y réside, ce qui signifie : « Relève-toi. Je te prendrai par la main, ainsi que ta descendance, tes disciples et ceux qui t’aiment, dans le bas-monde et au jour du jugement ».
Ar-Rifa^iyy s’est alors relevé, que Allah l’agrée et s’est mis à dire en poésie :Fihalati l-bou^di rouhi kountou ‘oursilouhaTouqabbilou l-‘arda^anni wahiya na’ibati Wa hadhihi dawlatou l-‘achbahi qad hadarat Famdoud yaminaka kay tahdha biha chafati

ce qui signifie :Lorsque j’étais éloigné, j’envoyais le salam embrasser la terre en mon nom, en me remplaçant.Voici mon corps ici présent Tends-moi donc ta main pour que mes lèvres puissent avoir le privilége de l’embrasser.Les lumières ont jailli de la tombe et son ancêtre, ^alayhi s-salatou wa s-salam, lui a tendu la main qu’il a embrassée, et les gens tout autour observaient cela.

Toi Abou l-^Alamayn, tu es une seule personne.Mais si on évalue les gens, tu es l’équivalent de milliers de personnes.

Le Chaykh ^Abdou l-Qadir Al-Jilaniyy a dit de lui :

 
Celui-là qui a surpassé les gens du mérite par le degré.Alors que si tu le voyais tu croirais qu’il est le dernier des gens

Ô Allah donne-nous du renfort par Ton Prophète et Ton bien-aimé Mouhammad , et du renfort de notre maître Ahmad Ar-Rifa^iyy, que Allah l’agrée.

 

 

Wa salla l-Lahou ^ala Sayyidina Rasouli l-Lahi Mouhammad.

 

 

 

 

Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour ۩ஐ۩۞Voici la chaine de la Tariqah Rifa^iyyah du Chaykh ^Abdoullah Al-Harrariyy۞۩ஐ۩Le Chaykh ^Abdoullah Al-Harariyy a pris la Tariqah Rifa^iyy de ==>

  1. Magda dit :

    Tous les jours je remercie Allah de m’avoir guidée à acquérir la science enseignée par notre cheich Abdullah que Allah l’aggré , c’est un trésor inestimable , hamdoullilah , hamdoullilah.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s